Et si vous participiez au concours Agriculteurs d’Avenir ?

Créé pour récompenser et financer des projets agricoles innovants, respectueux des hommes et de l’environnement, le concours Agriculteurs d’Avenir 2020 est lancé. En cinq ans, ce concours organisé par Fermes d’Avenir et PUR Projet a déjà soutenu 180 fermes lauréates dans toute la France, avec 1,7 million d’euros de financements.

©Stéphanie Pfeiffer

La terre est entre de bonnes mains

Organisé par Fermes d’Avenir et PUR Projet, le concours Agriculteurs d’Avenir vise à valoriser les efforts des agriculteurs qui s’engagent pour un modèle agricole d’avenir. C’est d’ailleurs ce à quoi travaillent les deux structures depuis plusieurs années : Fermes d’Avenir est une association qui a vocation à accélérer la transition agricole, en développant des projets agroécologiques et inspirés de la permaculture. Elle articule ses actions autour de plusieurs activités : production, formation, aide au financement et influence. 

De son côté, PUR Projet est une entreprise sociale qui accompagne des entreprises dans la construction de filières agricoles plus durables : sourcing de producteurs, méthodes d’agricultures régénératives, études d’impact… Son expertise s’exerce notamment dans le domaine des arbres et de l’agroforesterie. 

En convergence avec leurs actions, les deux structures ont eu envie dès 2015 de mettre en lumière et de soutenir les projets de celles et ceux qui veulent faire bouger les choses sur le terrain, dans leurs fermes, leurs champs et leurs élevages. 

Avec pour slogan “la terre est entre de bonnes mains”, ce concours est un moyen pour valoriser les efforts des agriculteurs engagés dans un modèle d’avenir, triplement performant :

  • sur le plan social,  parce qu’il permet de nourrir la population avec des aliments sains et qualitatifs,
  • sur le plan environnemental, parce qu’il préserve le capital naturel planétaire (eau, sols, climat, biodiversité…)
  • sur le plan économique, en garantissant une activité viable, vivable et résiliente pour les agriculteurs.

Le concours Agriculteurs d’Avenir, mode d’emploi

L’édition 2020 est ouverte à tous les agriculteurs déjà installés depuis deux ou trois ans, suivant les catégories. Le concours récompensera 18 porteurs de projets, avec des  dotations allant de 5000 à 12000€ par ferme lauréate, soit plus de 14000€ de dotations.

Les projets des candidats se répartissent dans 4 catégories :

  • Fermes Ambassadrices de l’agroécologie
  • Fermes Ambassadrices de l’agroécologie en Provence
  • Arbres, Climat et biodiversité
  • Sols Vivants

Si vous souhaitez participer au concours, il vous faudra remplir le dossier de candidature en ligne, sur le site du Concours Agriculteurs d’Avenir, avant le 24 avril.

Le dossier à compléter permet d’abord d’en savoir plus sur la ferme (activité, modèle agronomique, données économiques) et les porteurs de projet. On en arrive ensuite à l’essentiel : le descriptif du nouveau projet que vous souhaiteriez mettre en place sur votre ferme et pour lequel vous sollicitez le financement du concours.

C’est le moment de présenter plus en détail les objectifs et les enjeux auxquels le projet répond, sa nature et son contenu concret. Par exemple :

  • En quoi ce projet est-il utile pour votre ferme et sa durabilité (économique, environnementale, sociale) ?
  • Pensez-vous que la réalisation d’un tel projet puisse inspirer d’autres fermes ? Pourquoi ? Porte-t-il une innovation particulière ?
  • Pouvez-vous estimer les montants des dépenses liées au projet ? Quels sont vos postes de ressources (apport personnel, financement privé et/ou public) ?

Les dossiers de candidature seront d’abord examinés et pré sélectionnés par le comité technique, puis présentés au jury de sélection qui annoncera les lauréats 2020 au mois de juin.  Enfin, une cérémonie de remise des prix se tiendra à Paris avant la fin de l’année 2020.

Plus de 50% des lauréats sont éleveurs

Si le concours s’adresse à un large éventail d’activités agricoles (grandes cultures, apiculture, maraîchage, viticulture…), plus de la moitié des lauréats sont des éleveurs. Come l’observe Jules Castro de PUR Projet, l’arbre étant un outil puissant pour l’élevage de demain, nombreux sont les éleveurs intéressés à candidater pour financer un projet en agroforesterie ».

©Concours Agriculteurs d’Avenir

Ainsi, parmi les lauréats 2019, on trouve Jérôme et Thierry Meurant, du GAEC Meurant  (59). Jérôme et Thierry sont frères et éleveurs au sein du Parc National de l’Avesnois. Leurs productions sont labellisées  “Valeur Parc” : pas de traitement phytosanitaire sur les arbres, prairies permanentes pâturées par des bovins, retrait des animaux avant ramassage des fruits… Leur exploitation familiale depuis 3 générations se trouve au milieu de prairies verdoyantes et fleuries dans lesquelles paissent et gambadent des vaches laitières. “L’agriculture de nos rêves serait encore plus raisonnée, encore plus respectueuse de l’environnement et pas dirigée uniquement par la rentabilité”, expliquent les deux frères. “ Cette vision permettrait de donner un avenir plus sain à nos enfants et nous rapprocherait de la population des villes.”

Le projet de Jérôme et Thierry Meurant ? Restaurer le bocage de l’Avesnois, le corridor écologique, et améliorer le bien-être animal avec la plantation de 1135 arbres en haies et fruitiers intra parcellaires. En les dotant de 12 000€, le jury du concours a récompensé des porteurs de projet très impliqués dans la préservation des écosystèmes.

Autre exemple, le projet du GAEC de Loran (32), récompensé par une dotation de 5000€ : planter 5020 arbres pour protéger les sols de l’érosion, préserver la biodiversité et valoriser le paysage. Dans cet élevage familial avec 210 hectares en bio, la troisième génération tient compte de l’expérience du passé pour pratiquer l’agriculture du futur : “une agriculture familiale, respectueuse de l’environnement et des hommes, grâce au triptyque sol, plante, animal. C’est aussi une agriculture au service du climat : l’élevage et le pâturage contribuent à la captation du carbone et contribuent à diminuer le réchauffement de la planète”, ajoute le lauréat.