CultivonsNous.tv : nouvelle chaîne thématique dédiée à l’agriculture

En 2019, son film « Au nom de la Terre” consacré à la descente aux enfers d’un agriculteur pris dans la spirale du surendettement, avait bouleversé les spectateurs français. Avec le lancement fin avril de « CultivonsNous.tv », une plateforme de vidéo en ligne consacrée au monde agricole, au bien manger et à la transition écologique, Edouard Bergeon confirme sa volonté de continuer le combat pour “recoudre le lien entre la terre et les urbains et redonner la parole à ces héros du quotidien qui nous nourrissent”. 
 

©CultivonsNous.tv

Comprendre ce que nous mangeons, du champ à l’assiette

“Je suis très heureux, fier et même ému de vous présenter mon bébé qui vient de naître à 17 heures” : c’est ainsi que le réalisateur Edouard Bergeon a annoncé le lancement officiel de Cultivons Nous.tv, le 29 avril dernier. Cette plateforme de vidéo en ligne (VOD) propose des documentaires, reportages et programmes courts, sélectionnés chaque mois pour découvrir et cultiver nos connaissances et comprendre le chemin des produits que nous mangeons : documentaires sur l’agriculture et ses pratiques, portraits de celles et ceux qui nous nourrissent, grands reportages sur les produits que nous mangeons, du champ à l’assiette, et des émissions exclusives. Les contenus sont accessibles par abonnement (4,99 € mensuels), dont un euro sera directement reversé à l’association Solidarité Paysans, un mouvement de lutte contre l’exclusion en milieu rural qui fédère 35 associations régionales et départementales.

Le catalogue de CultivonsNous.tv, déjà bien fourni,  propose entre autres une belle série en plusieurs épisodes : “Les Résistants : ils ont choisi la campagne pour vivre autrement”, le passionnant documentaire “L’empire de l’or rouge”, une enquête mondiale sur l’industrie de la tomate, mais aussi des contenus sur la pêche, le vin, et la gastronomie avec le chef Olivier Roellinger… Et il continuera de s’étoffer, sans compter que la chaîne devait initialement voir le jour à la fin du mois de juin. Mais la situation sanitaire a poussé le réalisateur à anticiper : « La pandémie qui nous touche actuellement a créé des questionnements supplémentaires sur notre consommation, la sécurité alimentaire et sanitaire entre autres, donc nous avons mis les bouchées doubles afin de lancer cette chaîne pendant le confinement », explique-t-il. 

Du drame personnel à l’engagement militant

Petit-fils et fils d’agriculteur, le parcours d’Edouard Bergeon, lui-même titulaire d’un diplôme agricole, est intimement lié à son histoire personnelle et au drame du suicide de son père. En 2012, il réalise un documentaire, « Les Fils de la terre », dans lequel il suit un agriculteur dont la trajectoire est proche de celle de son père. Bouleversé par ce travail, le producteur Christian Rossignon, lui-même fils et frère d’agriculteurs, l’encourage à passer à la fiction, ce qu’il fera avec son long métrage “Au nom de la terre”. Le film raconte l’histoire de Pierre, un jeune agriculteur, fraîchement marié, qui hérite au début des années 80 de la ferme de son père. Vingt ans plus tard, l’exploitation s’est agrandie, la famille aussi. Les jours heureux font place aux difficultés : les dettes s’accumulent, Pierre s’épuise au travail. Pris dans la spirale infernale du surendettement, il sombre peu à peu jusqu’à mettre fin à ses jours.

© Diaphana Distribution

Si les difficultés des agriculteurs ont souvent été traitées en mode comédie au cinéma, le réalisateur prend le parti du drame réaliste pour aborder ce sujet douloureux et peu médiatisé. Un choix qui se révèle gagnant : son film remporte un vrai succès auprès du public en attirant presque deux millions de spectateurs. Encouragé par la réception de son film, le réalisateur est plus que jamais convaincu qu’il doit continuer à agir pour réveiller les consciences : c’est ainsi que CultivonsNous.tv voit le jour.

Un projet porté par des convictions et des engagements

Pour lui prêter main forte, le réalisateur a pu compter sur l’aide de Guillaume Canet, qui tenait le premier rôle de son film. Enfant d’une famille d’agriculteurs (son père élevait des chevaux), l’acteur est particulièrement sensible à cette cause. Lors de la promotion du film, il s’était investi en allant à la rencontre des agriculteurs, en participant aux débats dans les régions et en partageant la cause des agriculteurs sur les réseaux sociaux.

Aussi, lorsqu’Edouard Bergeon lui parle de son projet de chaîne, il accepte immédiatement d’en être le parrain bénévole et d’apporter son aide et sa notoriété pour faire connaître CultivonsNous.tv : “C’est une chaîne destinée, dédiée aux agriculteurs mais aussi au « bien-manger », à la pédagogie, pour essayer de donner envie aux plus jeunes de planter, de comprendre comment travaillent les agriculteurs. Dans cette période d’agribashing assez importante, vous connaissez ma position assez vertueuse sur l’agriculture, le but n’est pas d’opposer les agriculteurs, bien au contraire“, ajoute-t-il. « Il s’agit de replacer l’agriculture à sa juste place et de montrer à quel point les consommateurs sont très importants. Ils sont acteurs de cette situation : ce qu’ils vont mettre dans leur assiette va influer sur le reste. » 

CultivonsNous.tv

Des propos qui font écho à ceux d’Edouard Bergeon, pour qui le contexte actuel n’a fait que souligner la nécessité d’une prise de conscience et d’un changement dans notre façon de consommer : “Ces dernières semaines, alors que dans les grandes villes des gens se ruaient dans les supermarchés pour acheter des produits de première nécessité, d’autres ont adopté de nouveaux comportements tels que l’approvisionnement en circuit-court. On a aussi vu une mobilisation bénévole « au champ », témoignant une fois de plus de l’importance de l’agriculture française. Pourtant, un agriculteur se suicide chaque jour, et la moitié d’entre eux partira à la retraite d’ici 10 ans. Il va donc falloir prendre un virage important si l’on veut se diriger vers une plus grande autonomie alimentaire en France, quand on sait par exemple que l’Ile-de-France ne dispose que de 4 jours d’autonomie pour s’alimenter. On se dit que le monde va changer demain. J’espère qu’il y aura un sursaut de la population pour changer sa manière de consommer. En effet, quand on change la manière de consommer, ça change aussi la manière de distribuer et de produire”.

Sources :

Foodandsens.com

www.linfodurable.fr

https://www.francetvinfo.fr/culture/cinema/au-nom-de-la-terre-les-raisons-de-l-incroyable-succes-d-un-film-sur-le-monde-agricole_3711005.html

https://www.goodplanet.org/fr/interview-dedouard-bergeon-fondateur-de-cultivonsnous-tv-le-netflix-agricole/

https://www.europe1.fr/emissions/culture-medias/medias-philippe-vandel-avec-michael-jeremiasz-et-frederic-lopez-3966423