Lancé il y a quelques mois par deux jeunes entrepreneurs, Farmr. est le premier réseau social agricole : exploitants, co-exploitants et salariés agricoles s’y retrouvent pour poster, liker et commenter autour de leur activité. L’objectif de Farmr.? Permettre aux agriculteurs français de se connecter entre eux en fonction de leurs spécificités métier, d’échanger grâce à leurs expériences, et de trouver ainsi des solutions efficaces.

Farmr
©Farmr.

Ensemble, c’est mieux

Les deux fondateurs de Farmr., Baptiste Létocart et Thomas Camboulive, ont la trentaine. Le premier, petits fils d’agriculteur dans l’Oise, grandit à la campagne. Le second passe son adolescence en internat dans un village de la Sarthe, au contact des champs et des éleveurs. Leur rencontre en école de commerce marque le début de leur amitié.

C’est pendant ces années que Thomas, qui vient souvent à la campagne chez Baptiste, est frappé par l’isolement des agriculteurs. La modernisation des campagnes a délité le lien social : il existe moins de commerces de proximité, on passe moins de temps au café du village, les occasions d’échanger se font plus rares… Et à l’heure des réseaux sociaux et de la communication globale, lorsqu’on peut partager ses préoccupations en tant qu’agriculteur, c’est seulement avec ses voisins proches. « Le réseau social Farmr. est né d’un constat simple : les agriculteurs sont de fait pour la plupart souvent seuls ou isolés face à leurs problématiques de tous ordres, quotidiennes ou structurelles », explique Baptiste.  

La demande d’information et de partage existe pourtant : plus de 80% des agriculteurs utilisent chaque jour internet et 30% d’entre eux se connectent quotidiennement sur les réseaux sociaux. Ainsi, il existe sur Facebook de nombreux groupes actifs consacrés à l’élevage et l’agriculture. « Même si les échanges peuvent y être intéressants », observe Baptiste, « en fait on ne sait pas avec qui on parle… Pseudos, fausses photos de profil, simples curieux ou professionnels : on est dans le flou complet ! Ça a l’apparence d’une communauté, mais ce n’en est pas vraiment une »

Pour pallier cette lacune, Baptiste et Thomas réfléchissent alors à un autre modèle de réseau social, entièrement dédié aux agriculteurs : c’est ainsi que naît l’idée de Farmr. en 2017.

Comment fonctionne Farmr. ?

Farmr. – prononcez « farmer » – voit le jour en juin 2019. A la croisée des réseaux sociaux déjà existants, la plateforme s’inspire à la fois de LinkedIn (avec des profils détaillés), de Facebook (posts et fil d’actualité), d’Instagram et de Twitter (pour les # et les @). En reprenant ces codes familiers aux utilisateurs des réseaux, Farmr. se veut une plateforme facile d’accès, simple d’usage, mais avec des fonctionnalités multiples. Autofinancé grâce à une levée de fonds, le réseau est gratuit pour les utilisateurs, et ne diffuse pas de publicités.

©Farmr.
©Farmr.

Créer une « véritable » communauté d’agriculteurs sur Farmr. fait partie des objectifs premiers des deux cofondateurs. Aussi, lors de la création de leur compte, les utilisateurs doivent s’identifier de la façon la plus exacte possible. Ici, pas de pseudos mais des profils au plus proche de la réalité : on renseigne son vrai nom, son statut agricole, la localisation de son exploitation et son secteur d’activité principal.

 “C’est vraiment essentiel pour nous que chaque utilisateur sache vraiment à qui il s’adresse, ou à qui il répond. C’est un gage de confiance, mais aussi d’utilité pour mieux échanger de l’information, des conseils ou encore des ressources au sujet de problématiques communes », insiste Baptiste.

Une carte interactive sur le site permet d’ailleurs de faire apparaître les autres utilisateurs de Farmr., et d’ainsi retrouver et échanger avec des agriculteurs de sa région et/ou de sa filière.

©Farmr.
©Farmr.

Farmr. Propose aussi de sélectionner ses centres d’intérêts : actualités agricoles, agriculture biologique, agrotourisme, foires et salons, législation, syndicats, technologies agricoles… pour ainsi proposer à chacun le contenu qui l’intéresse le plus. Enfin, répondant à sa fonction de « réseau », apparaissent les profils des autres membres que l’utilisateur est susceptible de connaître pour les ajouter à sa liste d’amis.

©Farmr

Retrouver et suivre des exploitations agricoles voisines ou exerçant une activité identique, échanger des conseils et des ressources, être alerté au quotidien des risques aux alentours (vols, ravageurs, maladies…), partager gratuitement des ressources matérielles et humaines : voilà les services que Farmr. propose à ses utilisateurs. Et puis aussi parfois, tout simplement poster pour saluer une naissance dans le cheptel, partager un beau paysage, annoncer le début de travaux saisonniers… autant de petites choses qui participent à tisser des liens et créer de la proximité.

Déjà 4500 utilisateurs inscrits

Lancé en juin 2019, la plateforme compte, six mois plus tard, 4500 inscriptions. L’objectif de 5000 utilisateurs inscrits que s’étaient fixés Baptiste et Thomas est donc quasiment atteint, confirmant que Farmr. est venu répondre à un besoin existant.

Environ 25% des profils sont actifs, soit plus d’un millier d’agriculteurs qui postent régulièrement sur Farmr. Et parmi eux, beaucoup de femmes agricultrices et éleveuses : “Il y a en effet environ deux fois plus de femmes que d’hommes qui postent”, confirme Baptiste.

Dans les mois à venir, les créateurs du réseau se donnent pour mission de faire découvrir Farmr. au plus grand nombre et de développer la communauté d’agriculteurs sur le réseau. Sachant que 5000 utilisateurs représentent 1% du nombre d’exploitations agricoles en France, Farmr. n’en est sans doute qu’à ses débuts.