Vous vous passionnez pour l’agriculture biologique ? Vous avez envie d’en savoir plus sur les méthodes du bio, de partager la vie quotidienne à la ferme et de contribuer au modèle agricole auquel vous croyez ? Alors le WWOOFing, qui propose de “vivre et apprendre dans les fermes bio” est fait pour vous !

Woofing bio
© Jocelyn Marques

On pourrait résumer le principe du WWOOFing par « être nourri et logé dans une ferme bio en contrepartie de quelques travaux », mais ce serait en dénaturer l’esprit que de le réduire à un échange de services. Car ce qui fonde le WWOOFing, c’est d’abord la volonté de partage et d’échange autour de l’agriculture bio.

Le malentendu remonte sans doute aux origines, lorsque dans les années 70, Sue Coppard, une citadine anglaise souhaitant passer ses week-ends à la campagne, propose de participer aux activités des fermiers qui l’accueillent en échange du gîte et du couvert. Les années passant, l’idée fait son chemin et gagne du terrain, jusqu’à se structurer en mouvement : un mouvement d’éducation populaire, dans lequel des personnes d’univers différents se retrouvent et échangent sur l’agriculture biologique. Il prend le nom de WWOOF (World Wide Opportunities on Organics Farms, soit en français “opportunités dans des fermes biologiques dans le monde entier”) et essaime dans 56 pays*. En France, l’antenne nationale WWOOF France est active depuis 2007.

L’objectif de cette association est de faire le lien entre les acteurs du bio et des visiteurs curieux et motivés. En mettant en place l’opportunité de séjours actifs dans des fermes bio, elle oeuvre pour la transmission des savoir-faire agricoles bio, et plus largement pour promouvoir un mode de vie écologiquement et socialement durable. En pratique, c’est un moyen pour les visiteurs, dits WWOOfeurs, d’acquérir des connaissances en agriculture bio, de découvrir et de mettre en pratique des techniques plus respectueuses de l’environnement, et de faire l’expérience en immersion de la vie quotidienne à la ferme.

Les séjours à la ferme sont ouverts à tous, sans aucune condition de connaissances ou compétences en agriculture. Il suffit d’être majeur (l’âge moyen des WWOOFeurs est de 31 ans), d’adhérer à l’association, et surtout d’être motivé, désireux d’apprendre, et prêt à s’impliquer dans les travaux des champs ! Le visiteur peut être accueilli de quelques jours à quelques semaines, suivant son souhait et les disponibilités de l’hôte, avec une moyenne de deux semaines.

Woofing bio
© Jocelyn Marques

Attention, ce ne sont pas tout à fait des vacances : en contrepartie de l’accueil, on attend du WWOOFeur qu’il participe aux travaux de la ferme environ quatre heures par jour. Une durée qui varie en fonction des hôtes et de la saison : en hiver, par exemple, il y a souvent moins de choses à faire, car les animaux sont à l’étable et les journées sont plus courtes. Le reste du temps, le WWOOFeur dispose de son temps comme il le souhaite : visites, découverte de la région, ou farniente au coeur de la campagne…

Si on peut parler de “vacances solidaires actives”, le WWOOFing n’est en tout cas absolument pas un travail. La charte de l’association est très claire sur ce point : l’accueil d’un WWOOFeur ne répond pas à un besoin de main d’oeuvre pour l’exploitant. Si tel était le cas, l’association suggère de s’adresser à Pôle Emploi ! Il n’y a évidemment aucune rémunération ni transaction financière entre l’hôte et le visiteur, ni de lien de subordination, ni même d’obligation de participation aux activités. C’est donc sur une démarche volontaire et personnelle que reposent ces séjours, du côté du WOOFEeur comme de celui de l’hôte accueillant.

Un séjour fructueux en ferme bio repose sur une envie de partage et un échange réciproque : d’un côté celui d’apprendre et de l’autre celui de transmettre. Du côté de l’hôte, on attend donc aussi une véritable implication : bien sûr accueillir gracieusement le WOOFeur, dans l’idéal comme on le ferait pour un ami, mais aussi prendre du temps pour lui montrer, expliquer ses techniques et partager ses connaissances.

Woofing bio
© Jocelyn Marques

C’est ce que se proposent de faire les 1725 hôtes inscrits à ce jour sur la liste WOOF France : des micro-fermes en bio ou en permaculture, avec des activités agricoles variées, du maraîchage à l’élevage laitier, en passant par les vergers d’arbres fruitiers, l’apiculture, ou encore petits élevages de volaille. Autant de domaines que de tâches diversifiées à découvrir : cueillette, récolte, débroussaillage, soins aux animaux, fromagerie, transformation du miel, traite…

Faire connaître la bio et ses méthodes, permettre les échanges de savoirs, créer du lien avec le monde rural, des rencontres entre des personnes de tous horizons et des agriculteurs bio, le WWOOFing est à la croisée de l’expérience personnelle et de l’engagement militant. Que vous soyez agriculteur bio passionné, ou citoyen curieux et impliqué, une belle aventure à vivre pour devenir des acteurs du changement…

*http://wwoofinternational.org/